Rêver d'un Noël vert

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Catégorie de poste :Articles
  • Temps de lecture :7 min de lecture
Vous consultez actuellement le site Rêve d'un Noël vert.

Noël est le moment de partager l'amour et la joie, un moment pour se remémorer de beaux souvenirs avec ceux que l'on aime. Malheureusement, ces derniers temps, les excès de gourmandise et les dépenses excessives sont devenus une habitude courante. Cette année, alors que la conférence COP26 sur le changement climatique fait toujours écho, il est important de réfléchir à la manière dont nous pouvons faire des achats plus durables et plus écologiques.

Danseuse Pole Julianna Yau et artiste du recyclage Michal Hochberg se sont associés pour sensibiliser à l'impact des déchets et partager des conseils pour réduire les excès à Noël. Dans l'esprit de l'adage "Les déchets des uns sont les trésors des autres", le coprojet associe la danse aérienne de Julianna à une œuvre de Michal : un sapin de Noël entièrement construit à partir de bouteilles recyclées, gracieusement fournies par l'Agence européenne pour l'environnement. Baguio.

Michal utilise son art pour encourager le recyclage créatif des objets que nous possédons, plutôt que de les jeter simplement parce qu'ils ne sont plus aussi bons que neufs. Toutes ses œuvres sont créées en réutilisant des meubles, des bouteilles en verre et d'autres matériaux mis au rebut. Avec leur projet, le duo souhaite inspirer une nouvelle perspective sur Noël et montrer que l'on peut profiter de la saison en étant plus conscient de l'environnement.



À propos de l'inspiration derrière le projet, Julianna déclare : "La surexploitation des terres a mis en danger de nombreuses espèces de plantes et d'animaux. Nous espérons donc qu'à travers ce projet, nous pourrons contribuer à sensibiliser les gens à la restauration des forêts de notre planète, à la protection de la biodiversité et au partage des joies d'un Noël conscient et sans déchets."

Noël est un projet extravagant et coûteux pour de nombreux ménages. Une fête qui était censée porter sur les valeurs immatérielles et la spiritualité s'est enracinée dans le matérialisme.

Par exemple, le sapin de Noël est l'une des traditions les plus festives de cette fête. Lorsque vous installez un arbre de Noël, vous apportez un peu de nature dans votre maison. Votre touche de vert crée une ambiance chaleureuse à un moment où il fait froid et sombre dehors. Mais une fois que vous avez déballé les cadeaux, englouti les restes et rangé les décorations en toute sécurité, votre magnifique pièce d'exposition se transforme instantanément en déchet. La plupart des arbres achetés à cette période sont des arbres artificiels, qui ne sont pas biodégradables et finissent souvent dans une décharge ou incinérés, ce qui a un impact terrible sur l'environnement via les émissions.

Il y a des choses simples que nous pouvons tous faire pour réduire notre impact :

1. Achetez local. Les cadeaux de Noël sont en fait des gestes de prévenance. Vous pouvez donner plus en dépensant moins. Tous les cadeaux ne doivent pas nécessairement être achetés en magasin.

2. Faites des achats locaux. De nombreux cadeaux sur le marché d'aujourd'hui proviennent de l'autre bout du monde, et l'impact du transport contribue de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique. Les foires artisanales locales et les boutiques d'artisans sont une bonne source de cadeaux qui ne sont pas soumis aux coûts supplémentaires du transport.

3. Offrez des cadeaux "sans piles". Selon l'EPA, environ 40% de toutes les ventes de piles ont lieu pendant la période des fêtes. Les piles mises au rebut représentent un danger pour l'environnement. Même les piles rechargeables finissent par se retrouver dans le flux des déchets.

Plus généralement, nous pouvons tous essayer d'être plus attentifs aux petits choix que nous faisons. Réutilisez ou recyclez les emballages des cadeaux, conservez les papiers d'emballage spéciaux, envoyez des cartes électroniques ou faites-les vous-même. N'oubliez pas que nous n'avons pas besoin d'une poignée de personnes qui pratiquent le "zéro déchet" à la perfection. Nous avons besoin de millions de personnes qui le font de manière imparfaite.


Crédits